Vérifiez la disponibilité




les palais

PALAIS ROYAL

Constuit au XIII ème siècle, il offre une vue impressionnante sur les portes finement ouvragées. Le dar el makhzen s'étend sur un incroyable domaine de 80 héctars; il comprend une mosquée, une médersa et une place d'armes. Sa murailles entoure l'enceinte du plais Royal composé de tronçons remontant a des époques différentes.

 

PALAIS DAR AL SAADA

Batis au XIX ème siècle, cloturée de hautes murailles aveugles, cette demeure s'ouvre sous un passage couvert par une porte massive au seuil surhaussé conduisant par une chicane à une cour embellie d'une polyphonie de couleurs chatoyantes et structurée par un bassin qui orne son centre et lui donne une configuration très équilibrée. c'est une élégante résidence d'un étage, avec des dépendances, un hammam dont la composition architecturale  illustre pleinement l'héritage de l'art de batir des siècles précédents.  Il dans son ensemble et continu à exhiber la richesse de son propriétaire.

PALAIS JAMAI

Palais traditionnel composer d'un jardin andalou luxuriant structuré par des allées pavées de zelliges et de céramiques polychromes, planté d'arbres et de fleurs. L'eau conduite par des canalisation aménagées dans les cours et les riyad, surgit en jets ou en cascades dans des fontaines en marbre sculpté; tous les sols sont décorés de zelliges ou de marbres de couleurs harmonieuses se combinant parfaitement avec la transparence de l'eau.

PALAIS DAR AL MOQRI

Le palais conserve la configuration de la riche demeure, avec un patio embelli d'un jardinet et d'une vasque, et entouré d'un portique à arcades outrepassées. Les surfaces des sols, des colonnes et des plafonds sont complétement recouvertes de riches ornementations. En effet l'oeuvre architecturale sculpte minutieusement dans tous leurs détails et finesse son art dessiné à l'aide de pochoirs, de motif calligraphique et floraux.

PALAIS DAR BELGHAZI

Le palais est aménagé comme une demeure traditionnelle ; zelliges au sol, au bas des colonnes et sur toutes les surfaces humides, stuc de platre sur la partie supérieure couronnée d'une ornementation sur bois, Contrairement au sens de l'art abstrait d'aujourd'hui, l'abstraction n'était aucunement déduite de l'essence meme de l'art ; elle était simplement respect des normes et réalisation d'un art légal. On remarque ainsi le lien qui unissait l'artiste aux nécessités sociales. Il ne peut exprimer son intention esthétique qu'en rapport avec le licite et l'illicite. D'ailleurs les lettrés musulmans eux-memes n'ont pas pris en considération l'architecture et la décoration dans la catégorie des disciplines supérieures, comme la syntaxe, la rhétorique, la logique, l'arithmétique, la géométrie